18 Février 2010

"Crétin de l'Himalaya"

(©Capitaine Haddock)

Horizons perdus de Frank Capra.
Horizons perdus de Capra (1937).

Horizons perdus selon Hergé.
Tintin et Milou - Tome 20 de Hergé (Page 35, case 5).

Dans Tintin et Milou - Tome 20 - "Tintin au Tibet" (Hergé, Casterman) Hergé transpose un plan du film de Frank Capra, Horizons perdus dans une case de sa BD. Ici, le capitaine Archibald Haddock prend la place de Robert Conway alias Ronald Colman. D'une manière générale, Hergé s'imprègne de toute l'imagerie des scènes du film retraçant la randonnée et la codée des survivants du crash, et on le comprend car le long métrage est innovant et marquant de réalisme pour l'époque.

D'un point de vue graphique, cet album est un chef d'œuvre, car il est très difficile de donner de la consistance au blanc. Et l'essentiel de l'aventure se déroulant au milieu des neiges, le risque était de donner une impression de vide aux lecteurs. C'est assez fascinant de voir l'habileté de l'artiste à remplir ses images. Techniquement, c'est pour moi, l'album le plus abouti de l'ensemble de la série.

 

Pitch du film:

1935, à Baskul, en Chine, des Occidentaux tentent d'attraper un avion de nuit pour fuir la guerre qui progresse. Parmi eux, Robert Conway (Ronald Colman), diplomate idéaliste, qui après avoir facilité le départ des femmes et des enfants, s'embarque à son tour avec quelques compagnons d'infortune. Mais l'avion, détourné par un individu à l'allure mongole, s'écrase bientôt sur les pentes enneigées de l'Himalaya. Remis de ses émotions, le petit groupe se met en route et découvre une vallée préservée du monde, où le temps semble s'être arrêté.

A l'époque, Horizons perdus était le film le plus cher mis en chantier par la Columbia avec un budget de 2,5 millions de dollars. C'est pourquoi, le film a été plusieurs fois retouché, même après sa sortie. Par ailleurs, à la ressortie du film pendant la seconde guerre mondiale, Horizons perdus fut amputé de 24 minutes, en l'occurrence les passages prônant le pacifisme. OO

Frank Capra: "Le cinéma est une maladie. Lorsqu'il atteint votre sang, il devient vite l'hormone numéro un; il supplante les enzymes, commande la glande pinéale, joue avec votre psyché. Comme avec l'héroïne, le seul antidote au cinéma est le cinéma".

Publié par Chelmi à 08:00am
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

Commentaires