A Hollywood, on vous paiera un baiser mille dollars, et on donnera cinquante cents pour votre âme. Je le sais, parce que j'ai très souvent refusé la première proposition, et très souvent mendié la seconde.

Marilyn Monroe

7 ans de réflexion de Billy Wilder (1955).
7 ans de réflexion de Wilder (1955).

7 ans de réflexion selon François Walthéry.
Natacha - HS Collectif (Couverture).

Dans Natacha - HS - "Nostalgia" (Collectif, Marsu Productions), François Walthéry parodie un plan du film de Billy Wilder, 7 ans de réflexion, sur la couverture de l'album Hors série spécial 20e anniversaire. Ici Marilyn Monroe est remplacée par l'hôtesse de l'air, Natacha, dans la scène mythique de la grille de métro où sa robe blanche se soulève innocemment pour le plus grand plaisir de Tom Ewell.

Blake et Mortimer - Tome 6 - La Marque jaune (Lombard) de Edgar P. Jacobs.
Blake et Mortimer - Tome 6 de Jacobs (Couverture).

Et comme le fait judicieusement remarquer Mr Thanagra dans les commantaires de cet article, le reste du décor: le mur de briques, le lampadaire et la poubelle, ainsi que la typographie du N jaune de "Nostalgia", font directement référence à la couverture du tome 6 des aventures de Blake et Mortimer (Edgar P. Jacobs): La marque jaune.

 

J'ai déjà très sommairement évoqué le sujet dans »cet article«. 😉

Sept Ans de réflexion est un long métrage américain réalisé par Billy Wilder, et sorti dans les salles obscure le 3 juin 1955. Le scénario est co-écrit par le réalisateur et George Axelrod à partir de la pièce en trois actes de 1952, très audacieuse pour l'époque, et jouée 18000 fois à Broadway, elle aborde la sexualité en général et l'adultère en particulier.

Richard Sherman (Tom Ewell), un publiciste, vient de déposer à la gare sa femme (Evelyn Keyes) et ses enfants. Il prévoit de rester seul pour les vacances d'été dans son appartement new-yorkais. Après sept ans de mariage, il fantasme allègrement sur les filles qu'il rêve de séduire. Sa solitude va vite être troublée par sa charmante voisine blonde (Marilyn Monroe) du dessus. Il ne tarde pas à l'inviter chez lui pour prendre un verre.

AlloCiné | 7 ans de réflexion

La scène de la bouche de métro trouve son origine dans un cliché pris par un ami intime de Monroe, le photographe Sam Shaw. Celui-ci avait photographié en 1941 un groupe de filles dont la jupe de l'une d'elles se soulevait par un coup de vent pour la couverture du magazine Friday. Le photographe suggéra alors de reproduire cette situation dans Sept ans de réflexion.

Le réalisateur exigea de nombreuses prises pour des raisons évidentes de censure, la robe de Marilyn devait être maintenue assez basse afin que les spectateurs n'aperçoivent rien de répréhensible. Les prises ont nécessité le blocage de Lexington Avenue à Manhattan. Néanmoins, Billy Wilder fit retourner cette séquence en studio afin de coller au mieux à ses aspirations initiales. Certains penseront d'ailleurs qu'avoir bloqué cette avenue, pour finalement retournée en studio, tenait beaucoup plus du coup publicitaire.

PS: Cette scène est à l'origine de multiple disputes ente Marilyn et Joe DiMaggio. Ce dernier n'a pas apprécié le nombre invraisemblable de prises nécessaires à la réalisation de cette séquence. Ils se sont séparés avant la sortie du film.

Retour à l'accueil