Les rêves sont la littérature du sommeil.

Jean Cocteau | Le Mystère laïc

Le Sommeil de Gustave Courbet conservé au Petit palais de Paris (1866).
Le Sommeil de Gustave Courbet conservé au Petit palais de Paris (1866).

Le Sommeil selon Suehiro Maruo.
L'île Panorama de Suehiro Maruo (Page 228, case 1).

Dans le manga L'île Panorama (Maruo, Casterman) Suehiro Maruo pastiche le tableau Le Sommeil sur une planche de sa BD. Ici, le couple de dormeuses est remplacé par deux habitantes de l'île Panorama construite par Hirosuké Hitomi qui a usurpé l'identité du défunt Genzaburô Komoda afin de s'emparer de sa fortune pour accomplir son œuvre de paradis terrestre sur une île isolée.

 

Le Sommeil, aussi intitulé Les deux amies, Les Dormeuses ou encore Paresse et Luxure, est un tableau peint par Gustave Courbet (1819-1877). Cette œuvre représente deux femmes se reposant après une relation charnelle. Elle a été réalisée en 1866 pour le collectionneur Khalil-Bey et est maintenant conservée au Petit Palais abritant le Musée des Beaux-Arts de la ville de Paris. Cette Huile sur toile s'inscrit dans un format rectangulaire horizontal mesurant 1 mètre 35 de haut sur 2 mètres de long.

Courbet, qui ouvre la voie du Réalisme au milieu du XIXe siècle, reste en marge de l’art officiel grâce au soutien de quelques collectionneurs. Son originalité s’affirme tout particulièrement lorsqu’il représente la femme. Les nus à la chair vivante choquent les visiteurs du Salon habitués aux nymphes blanches et lisses de la peinture académique. Ce tableau qui compte parmi les chefs-d’œuvre de Courbet, est emblématique de l’univers de rêverie et de volupté du peintre qui célèbre avec jubilation la beauté des corps.

[...]

Flattant le goût de son commanditaire, le peintre reprend un sujet de boudoir emprunté aux gravures licencieuses et aux évocations littéraires de l’amour lesbien. Jouant sur le contraste des carnations et des chevelures, il représente deux types de beauté qui s’enlacent dans un désordre de draps soyeux. L’aspect contemporain de la scène traitée grandeur nature, fait écho à L’Olympia de Manet (Paris, Musée d’Orsay), tableau d’un format très proche de celui du Sommeil et objet de tous les scandales au Salon de 1865.

Fiche du Petit Palais de Paris

Peint à la demande du diplomate Khalil-Bey, Le Sommeil entre directement dans une collection privée, sans avoir à affronter la censure des salons. Ce type de transaction se renouvellera avec la livraison, au même collectionneur, de la très secrète Origine du monde. Emissaire turc installé à Paris depuis 1860, Khalil-Bey rassemble un bel ensemble de peintures de son siècle.

En 1868 à la suite de la vente aux enchères de la Collection Khalil-Bey, l'œuvre devient jusqu'en 1882, la propriété de Jean-Baptiste Faure chanteur d'opéra et amateur d'art, qui possédait aussi Le déjeuner sur l'herbe d'Edouard Manet. Après 1882, le tableau devient la possession d'Auguste Reverdin, chirurgien suisse. Et en 1953 il entre dans les collections du Petit Palais après son acquisition par la galerie Paul Vallotton, ancienne succursale à Lausanne de la Galerie Berheim-Jeune.

Plusieurs détails font allusion à une sieste crapuleuse après une relation charnelle lesbienne. On aperçoit sur le lit des parures: épingle à cheveux, colliers de perles, abandonnées sur le drap, et le détail d'une robe près de la main droite de la femme brune.

Un peu de sommeil vous remet de bien des choses.

J.R.R. Tolkien | Bilbo le Hobbit

Retour à l'accueil