J'aurais voulu être espion, mais il fallait avaler des microfilms et mon médecin me l'a interdit.

Woody Allen

Casino Royale de Guest, Hughes, Huston, McGrath et Parrish (1967).
Casino Royale de Guest, Hughes, et Huston (1967).

Casino Royale selon Caio Cacau.
Red Agent #3 de Galindo et Iovino (Couverture bis de Caio Cacau).

Dans le comics book Red Agent #3 (Galindo et Iovino, Zenescope Entertainment) Caio Cacau, l'illustrateur de la couv', pastiche l'affiche du film Casino Royale de Val Guest, Kenneth Hughes, et John Huston, sur la couverture alternative de la BD. Ici, Ursula Andress alias Vesper Lynd est remplacée par l'agent Britney Waters alias Red Riding Hood.

 

Casino Royale est un film d’espionnage parodique américano-britannique coréalisé par Val Guest, Kenneth Hughes, John Huston, Joseph McGrath et Robert Parrish, et sorti dans les salles obscures le 13 avril 1967. Le scénario est de Wolf Mankowitz, John Law et Michael Sayers d'après le roman de Ian Fleming, avec la participation ponctuelle, non créditée au générique, de Woody Allen, Val Guest, Ben Hecht, Joseph Heller, Terry Southern, Billy Wilder et Peter Sellers. Bref beaucoup de noms pour un film qui s'avère relativement décousu avec un rythme déroutant. Certains plans très travaillés esthétiquement sont suivis de scènes un peu déconcertantes... La critique ne fait d'ailleurs pas un très bon accueil au film. Mais malgré un budget énorme pour l'époque, le métrage arrive à rentrer dans ses frais.

Anobli, sir James Bond (David Niven), l'illustre agent secret, s'est retiré dans un château flanqué d'un parc où vivent en liberté des tigres et des lions. Désabusé, il compte y finir ses jours à l'écart du monde. C'est pourtant là que viennent le chercher les agents secrets britanniques, français, russes et américains, impuissants à juguler l'expansion du redoutable "Smersh". Pour mieux le convaincre d'accepter cette dernière mission, tout ce beau monde fait sauter le château de Bond. Accompagné de sa fille, Mata Bond (Joanna Pettet), fruit de ses anciennes amours avec Mata-Hari, 007 reprend du service. Il découvre que son adversaire est un nabot humilié, décidé à faire périr tous les hommes dépassant le mètre soixante...

Télérama | Casino Royale

Albert R. Broccoli, producteur de James Bond 007 contre Dr No et de Goldfinger entre autres, n'a jamais pu obtenir les droits du roman Casino Royale, ceux-ci ayant été acquis précocement par la chaîne de télévision CBS qui en fait un téléfilm en 1954, puis par le producteur Gregory Ratoff, qui meurt en 1960 avant d'avoir pu monter une nouvelle adaptation du roman. Sa veuve revend les droits au producteur Charles K. Feldman qui, voyant l'énorme succès des James Bond produits entre-temps par Harry Saltzman et Albert R. Broccoli, entreprend de monter Casino Royale pour le grand écran.

L'acteur choisi au départ était Sean Connery mais ce dernier décline le rôle, notamment à cause de son contrat avec Saltzman et Broccoli. Le film devait d'ailleurs se faire en collaboration avec ces deux derniers mais les négociations ayant échoué, Charles K. Feldman décide de changer de projet et de faire réécrire le scénario sur un mode plus humoristique et parodique. Du coup l'acteur retenu pour jouer James Bond est David Niven. Et l'intrigue du film n'a que peu de rapports avec celle du roman dont il est tiré.

Ursula Andress qui tient ici le rôle de Vesper Lynd est notamment connue pour avoir joué le rôle de la première James Bond Girl au cinéma, Honey Rider dans le premier film de James Bond, James Bond 007 contre Dr No. Angela Scoular qui tient le rôle de Bouton d'Or jouera deux années plus tard dans le sixième opus de la saga officielle de James Bond, Au service secret de sa Majesté. Et Caroline Munro qui tient le rôle d'une garde du Dr Noé apparaitra en 1977 dans le dixième opus de la saga, L'espion qui m'aimait.

Outre les acteurs déjà cités précédemment, le casting compte un nombre de stars impressionnant: Woody Allen, William Holden, Jean-Paul Belmondo, John Huston... et aussi Peter Sellers et Orson Welles qui se détestaient tellement qu'ils ont dû tourner séparément la plupart des scènes où ils devaient apparaître ensemble à l'écran !

EON Productions, producteur habituel des films de la saga officielle, finit enfin par acquérir les droits de Casino Royale, et une nouvelle adaptation sort en novembre 2006 plus conforme au roman de Ian Fleming. C'est 21e film de la série produite par EON Productions, le premier de l'ère Daniel Craig dans le smoking de l'agent secret britannique le plus connu et reconnu au monde.

Les seuls espions avoués sont les ambassadeurs.

Giacomo Casanova | Mémoires

Retour à l'accueil